Psychothérapie de la dépression

Mélancholie, P. Picasso

Mélancolie – Melancholy Woman, Pablo Picasso, Detroit Institute of Arts

De temps en temps, nous pouvons tous nous sentir tristes ou malheureux. Ces sentiments peuvent apparaître suite à des expériences bouleversantes mais nous pouvons aussi les éprouver sans raison apparente. Un coup de blues, une petite déprime, un mal de vivre passager… C’est lorsqu’ils persistent qu’ils peuvent être les signes d’une dépression naissante.

Ces manifestations peuvent continuer pendant des semaines et des mois, interférer dans les relations avec les proches, dans le travail et mener à la détérioration de la santé physique.

La dépression peut empêcher d’aimer,  de travailler… empêcher de vivre.

C’est pourquoi face à ces souffrances il est conseillé de ne pas rester seul, de demander l’aide d’un professionnel.

La volonté seule ne suffit pas pour soigner la dépression

La dépression peut se manifester sous des formes mineures en tant qu’états dépressifs plus ou moins graves et difficiles, plus ou moins fréquents. Elle peut se présenter sous forme d’un épisode dépressif majeur – une vraie maladie qui nécessite un traitement. Plus la prise en charge survient tôt, plus elle est efficace. Pendant sa phase aiguë, la dépression doit être traitée intensivement. Le patient doit parfois être hospitalisé.

La psychothérapie de la dépression permet de soulager les symptômes dépressifs ou de guérir durablement la maladie, de rendre à la personne déprimée le goût de vivre, de penser, d’aimer…

Au départ, la psychothérapie est une psychothérapie de soutien, ciblée davantage sur le soulagement « immédiat » de la souffrance et sur la diminution des symptômes.  En faisant examiner et évoluer les pensées et les sentiments dépressifs, la psychothérapie de soutien aide le patient à activer ses ressources internes et retrouver l’élan vital. Elle apporte les outils permettant de gérer l’humeur et les pensées dépressives et permet la levée de l’inhibition de l’action.

La psychothérapie de la dépression est basée sur une relation psychothérapeutique solide au sein de laquelle on se sent en sécurité pour explorer les niveaux profonds du psychisme afin de modifier progressivement le vécu dépressif. La psychothérapie réussit à rallumer la flamme et redonner l’envie de vivre.

Dans certaines situations un traitement pharmacologique de la dépression est nécessaire en plus de la psychothérapie.

Comment repérer une dépression ?

La dépression peut prendre plusieurs formes. Parfois c’est la douleur morale qui domine. Chez certaines personnes les symptômes somatiques sont au premier plan, notamment un état de fatigue, des douleurs rebelles et des dérèglements fonctionnels (appétit, sommeil, digestion). On parle alors de la dépression masquée.

Voici la liste des principaux symptômes de la dépression. Ils n’apparaissent pas forcement tous chez la même personne.

Des sentiments de tristesse, d’impuissance ou de désespoir ; Pessimisme, appréhension du futur, morosité, idées noires, voire idées suicidaires.

Ralentissement psychique et moteur.

Baisse de la motivation, désintérêt à l’égard du présent, perte d’intérêt et de plaisir.

Sentiments excessifs de culpabilité, sentiments d’incapacité, d’auto-dévalorisation et d’inutilité.

Anxiété, une sensibilité à fleur de peau avec une irritabilité face aux stimulations de l’entourage.

Dépression- Van Gogh

Le vieil homme triste, Sorrowing old man at Eternity’s Gate, Vincent van Gogh, Musée Kröller-Müller

Doutes et difficultés à prendre des décisions.

Fatigue physique, manque d’énergie.

Altération du sommeil et de l’appétit.

La dépression constitue une entrave au fonctionnement intellectuel : elle provoque des difficultés de concentration, des troubles de l’attention et de la mémoire. Elle entraîne une lenteur de la pensée (ralentissement psychique).

Manque d’intérêt pour le sexe, troubles du désir, libido en berne.

Retrait social, isolement.

Parfois la dépression se manifeste par le recours compulsif à des comportements autodestructeurs. L’abus d’alcool, l’utilisation de drogues ou des psychotropes peuvent masquer la détresse et les sentiments dépressifs.

Une psychothérapie de soutien pour le conjoint ou pour la famille

La souffrance du dépressif peut être amplifiée par l’incompréhension de son entourage qui, croyant bien faire tente de « ranimer » la motivation éteinte du malade en essayant de le secouer avec des mots que ce dernier ressent comme culpabilisants et violents et qui tendent à majorer son angoisse. Une psychothérapie de soutien permet de comprendre et d’ajuster les attitudes afin de réduire des tensions.