La phobie sociale

La phobie sociale est une de nombreuses manifestations anxieuses. Elle survient lorsque vous ressentez de l’anxiété en présence d’autres personnes ou dans certaines situations sociales. L’angoisse peut apparaitre même à l’idée d’être en présence des tiers. Les personnes qui souffrent de la phobie sociale s’inquiètent donc à l’avance des situations liées aux interactions avec les tierces personnes. Ainsi, les phobiques sociaux anticipent la gêne et l’embarras qu’ils ressentent en présence d’autres individus.

L’anxiété sociale se manifeste donc par un évitement très fort des situations sociales et de la souffrance qui survient lors des contacts interpersonnels. En conséquence, une personne souffrant d’anxiété sociale apparait peu sociable et secrète. Elle se considère comme peu attirante et se plaint souvent du manque de sujets de conversation.

phobie sociale, anxiété sociale, névrose sociale - trouble d'anxiété sociale,

phobie sociale-anxiété sociale-névrose sociale-trouble d’anxiété sociale

Qu’est-ce que la phobie sociale ?

La phobie sociale, également appelée anxiété sociale, névrose sociale ou trouble d’anxiété sociale, est l’une des manifestations anxieuses du groupe des névroses. Ce symptôme névrotique se manifeste lorsqu’une personne se sent anxieuse dans certaines ou dans toutes les situations sociales.

L’anxiété sociale est donc liée aux contacts avec d’autres personnes, principalement des étrangers, et rend le fonctionnement très difficile. La phobie sociale, avec différents niveaux de sévérité des symptômes, est très fréquemment diagnostiquée dans le contexte de la dépression ainsi que de la dépendance à l’alcool. En effet, les personnes qui souffrent de l’anxiété sociale ont tendance à consommer des drogues, par exemple de l’alcool et d’autres substances psychoactives à des fins anxiolytiques. Ces substances réduisent temporairement le niveau d’anxiété sans pour autant en soigner les causes.

L’impact sur le fonctionnement social de la phobie sociale est particulièrement important lorsque le sujet ressent de l’angoisse dans la quasi-totalité des situations sociales, à l’exclusion des situations liées à la famille proche ou au cercle d’amis proches. Il ressent de l’angoisse en présence des autres, il évite donc d’effectuer toute activité pendant que quelqu’un le regarde. Comme dans toutes les phobies, le mécanisme de l’évitement conduit le sujet à mettre en place des stratégies de fuite qui mènent vers un retrait sociale.

Le plus fréquemment la phobie sociale se manifeste dans les situations de la prise de parole en public. Mais certaines personnes souffrant de phobie sociale évitent de manger et de boire dans les lieux publics, de parler devant les autres, principalement des étrangers.

D’autres manifestations

Certains sujets phobiques sont capables de contrôler les manifestations extérieures de leur angoisse en la réprimant. À l’extérieur, ils donnent l’impression d’être à peine introvertis. Ils manifestent très rarement leurs émotions, y compris de la joie. Pourtant, ils se permettent très rarement de se comporter spontanément et librement et leur comportement observable est le fruit d’un extrême contrôle.

Lorsque les personnes souffrant d’anxiété sociale doivent subir une exposition sociale, elles peuvent ressentir une forte angoisse. Cette angoisse se manifeste sur le plan psychique, sous une forme neurovégétative ou encore comportementale.

Symptômes psychiques

Peur de perdre le contrôle

Peur d’être jugé par les autres

Difficultés à se concentrer

Sensation de gêne ou d’humiliation

Sensation de panique

Peur d’être ridicule

Déréalisation (sensation d’irréalité des objets)

Dépersonnalisation (sentiment de distance ou d’irréalité vis-à-vis de soi-même)

Manifestations physiques

Sensation de d’étouffement, douleur ou inconfort thoracique

Transpiration

Accélération du rythme cardiaque, palpitations

Pâleur

Vertiges, maux de tête, étourdissement

Bouche sèche…

Signes comportementaux

Agitation

Difficulté à s’exprimer logiquement

Impulsivité motrice

Élocution rapide

Bégayement

Les débuts précoces

La phobie sociale se révèle le plus souvent à l’adolescence, dès 12 jusqu’à 20 ans. Ceci peut avoir un réel impact sur le développement social et l’établissement de relations interpersonnelles.

Toutefois, les débuts de cette phobie peuvent apparaitre dans l’enfance. Fréquemment, les enfants timides, qui ont du mal à entrer en contact avec d’autres enfants sont des futurs phobiques sociaux. En effet, l’enfant peine à s’intégrer dans un groupe à cause de son anxiété et de son manque de sécurité intérieure.

 

Quelles sont les causes de l’anxiété sociale ?

Certains facteurs environnementaux peuvent contribuer à la phobie sociale. Par exemple, les exigences excessives des parents envers l’enfant ou la surprotection de l’enfant par des parents peuvent contribuer au développement de traits névrotiques. Le schéma familial évitant les situations sociales, ainsi que l’expérience d’être victime de violence et d’avoir été ridiculisé en public peuvent également favoriser la transmission de la phobie sociale. Les parents trop sévères ou toxiques, par des critiques, des brimades ou des humiliations dégradantes empêchent le développement du sentiment de sécurité intérieure chez l’enfant. En conséquence, le névrosé a une idée fausse de soi-même, et notamment une mauvaise image de soi et manque de confiance en soi. Il a tendance à évaluer de manière négative des événements de vie et appréhende avec l’anxiété son avenir, en l’occurrence il craint les rencontres.

La phobie sociale survient sur ce fond anxieux, lorsque l’adulte, tel un enfant craint les relations avec les inconnus.

 

Soigner la phobie sociale

Call Now Button