Les mécanismes de défense

– qu’est-ce que c’est ?

Que veut dire « être sur la défensive » ?

A quoi servent les mécanismes de défense ?

Il nous arrive tout au long de note vie d’être confrontés à des situations difficiles et à la souffrance. Pour se protéger de cette souffrance nous utilisons différents types d’opérations défensives de nature psychique. Elles sont majoritairement inconscientes. Ces processus de traitement de l’information, lorsqu’ils sont utilisés de manière équilibrée, ont un rôle adaptatif. Ils sont donc nécessaires au bon fonctionnement psychique. Dès que leur utilisation devient excessive ou déséquilibrée ils nous déstabilisent et rigidifient la personnalité.

mécanismes de défense psychologue paris

Les mécanismes de défense interfèrent aussi dans la psychothérapie

Comment ça marche ?

Ces stratégies psychiques telles que la rationalisation, le refoulement, le déni, la projection, le retournement sur soi, le clivage, le renversement dans le contraire, la dénégation et tant d’autres sont qualifiées de défensives car elles nous servent à éviter la confrontation à la souffrance. Ils protègent le Moi contre l’angoisse ou contre la souffrance dépressive lorsque le réel insupportable fait l’irruption dans la vie. Ils permettent alors de continuer à vivre avec une réalité d’une violence insupportable telle que la maladie grave ou la perte d’un être cher. Les défenses permettent au sujet d’aménager la réalité, de la rendre moins angoissante afin de pouvoir l’accepter. Ces défenses servent aussi à protéger le narcissisme du sujet.

Par exemple, le déni est un désaveu d’une perception traumatisante par lequel le sujet refuse de reconnaître un ou plusieurs éléments de la réalité lorsqu’elle est angoissante. Ainsi, un patient peut ne pas comprendre l’annonce du diagnostic de maladie grave à laquelle il n’est pas préparé.

Mécanismes de défense et mécanismes de dégagement

Alors que les mécanismes de défense ont pour objectif la réduction immédiate de l’angoisse, les mécanismes de dégagement permettent progressivement de se libérer de la répétition. Parmi ces processus notons le détachement de la libido qui est à l’œuvre dans le processus du deuil. Il permet une acceptation progressive de la réalité. Ce type de mécanismes est utilisé dans le processus thérapeutique. Ainsi, l’élaboration des angoisses ressenties lors de certaines situations permet de rendre ces dernières moins anxiogènes.

La défense nécessite d’importantes dépenses énergétiques. Lorsque notre « budget défense » est très élevé, il nous reste moins de forces pour vivre.

 

La complexité des mécanismes de défense

Sigmund Freud a initié l’étude des mécanismes de défense.  Il a notamment découvert l’importance du refoulement dans la formation de certains symptômes. Mais c’est sa fille Anna qui l’a développé dans son ouvrage « Le Moi et les mécanismes de défense ». Elle y examine la sublimation, la formation réactionnelle, l’isolation, la projection, l’annulation rétroactive, l’idéalisation, l’identification à l’agresseur.

Mélanie Klein apporte ensuite une contribution remarquable en décrivant les mécanismes de défense très primaires : déni, identification projective, clivage de l’objet.

 

les mécanismes de défense

Call Now Button