Deuil et dépression

La dépression est cette expérience de la disparition et cette fascination par un état mort […] qui est la seule capacité de rester vivant inanimé. 

Pierre Fédida Les bienfaits de la dépression Psychologue dépression Paris

psychologue dépression paris

Claire a un emploi bien rémunéré, un appartement, un groupe d’amis avec qui elle passe son temps libre. Jusqu’à présent, sa vie était très agréable, sans difficultés majeures, mais aussi sans succès spectaculaires. Depuis quelque temps, cependant, de moins en moins de choses lui font plaisir. Elle dort mal, elle se réveille tôt le matin et peine à se rendormir. Les pensées l’envahissent. Le matin elle a du mal à sortir du lit, à s’habiller. Elle manque de courage pour aller travailler. La vie lui semble manquer de sens et de saveur. Elle se sent inutile. Ces sentiments sont profondément douloureux. Au bureau, elle a souvent du mal à se concentrer sur le travail, elle est distraite et manque de précision dans ce qu’elle fait.

Claire se plaint souvent qu’elle n’a rien réalisé dans la vie, ni pendant des années de travail dans la même entreprise, ni dans sa vie de couple qu’elle trouve quelconque. Elle ne se trouve aucun talent, s’accuse de gâcher tout ce qu’elle touche. Elle a du mal à s’en sortir et le travail s’accumule, parfois elle se sent dépassée et  panique « je ne pourrai jamais m’en sortir ». Parfois elle se sent  littéralement submergée par la tristesse.

Souvent, il lui faut des heures supplémentaires pour faire face à ses taches habituelles.

Elle sent que l’énergie lui manque. Avant, après le travail, elle allait à la piscine ou au cours de salsa. Maintenant, les maux de dos et manque de courage la poussent à rentrer. Pour se détendre et oublier le stress de la journée, elle prend un verre de vin. De plus  en plus un autre verre suit…

Claire pense que ce qu’elle ressent arrive à tout le monde, que ça va passer. Elle en a toutefois un peu honte donc n’en parle à personne. Psychologue dépression Paris

Psychologue dépression paris

Psychologue dépression Paris

Fragments de Mars de Fritz Zorn, qui décrit ainsi le vécu de l’abandon et de perte dans  la  dépression dont il souffre :

Tout est gris et froid  et vide. Toutes les choses soi-disant réjouissantes ne vous réjouissent pas ; les vacances, au lieu de vous changer les idées, sont bien plus difficiles à supporter que les non-vacances ; tous les projets qu’on  échafaude pour s’en sortir, on les laisse tomber ensuite « parce que cela ne sert tout de même à rien ». […] Bien sûr, je ne pouvais pas dormir la nuit […]. J’étais fatigué. Toutefois, la raison pour laquelle je ne voulais plus rien réaliser, c’était sans doute que plus rien ne me faisait plaisir. Je ne pouvais avoir de sentiments […] je ne pouvais aimer personne.

L’approche psychiatrique classique de la dépression distingue deux formes diverses de la dépression :

- le dépression endogène, ou mélancolique, considérée souvent comme héréditaire, apparaissant sans raison apparente,

- et la dépression réactionnelle ou névrotique, provoquée par les événements de vie.

La psychanalyse, depuis Abraham, établit un lien entre la dépression et le deuil. “Etre en deuil”, “faire son deuil” sont des expressions qui sont entrées dans le langage courant pour désigner les états psychiques ou le travail interne liés à l’acceptation de la perte.

Freud se saisit de cette comparaison et l’élabore dans “Deuil et mélancolie”. En effet, les manifestations et les facteurs qui les déterminent justifient cette comparaison entre la dépression  et le deuil.

Le deuil est une réaction normale à la perte d’un objet aimé ou d’une abstraction tenue à sa place, tel l’échec d’un projet important ou la perte du travail.

Après la perte d’un être aimé, on est tout entier abandonné au deuil et, de ce fait, il ne reste plus d’énergie disponible pour vivre. La même expérience douloureuse, le même processus éprouvant nous sont imposés par la dépression. La dépression est un travail de métabolisation psychique d’une expérience subjective significative ou de son échec.

La guérison de la dépression doit donc prendre une voie analogue au travail du deuil. C’est un travail qui aboutit à la libération de l’énergie permettant de retrouver l’aptitude à ressentir des sentiments positifs à l’égard du monde extérieur et de soi-même.