Psychologue adolescents Paris

Signes et symptômes inquiétants à l’ adolescence

Comment distinguer une souffrance passagère et naturelle à cet âge de ce qui relève d’une pathologie et nécessite des soins? Comment repérer certains signaux d’alerte pour lesquels il est préférable de consulter ?   Troubles du comportement, dépression, anorexie, troubles de l’humeur, ces affections bouleversent  la vie de l’adolescent. Rencontrer un psychologue peut alors aider à comprendre la difficulté de l’adolescent, d’en saisir la causalité psychique consciente et inconsciente. Il est important de proposer une prise en charge adaptée.

Les changements morphologiques

A la puberté surviennent des changements physiques et morphologiques profonds : l’apparition des caractères sexuels, la croissance accélérée, transformations de la silhouette, de la forme du visage, des problèmes de la peau. Ces changements profonds sont souvent source d’inquiétude, de gêne et d’embarras. Les ados se comparent les uns aux autres. Certains adolescents n’acceptent pas ce corps nouveau qui provoque chez eux un sentiment de mal-être.

Troubles alimentaires

Les troubles du comportement alimentaire peuvent apparaître en réaction à ces modifications de la  silhouette et du corps qui troublent l’image de soi. Il s’agit d’être particulièrement  vigilent face aux comportements pouvant évoquer une anorexie, une boulimie ou des compulsions alimentaires. Un poids supérieur ou inférieur au poids « normal » peut provoquer de nombreuses complications physiques et psychologiques.

La déprime et la dépression

Les troubles de l’humeur, la tristesse, la morosité, la perte d’intérêt, le manque d’énergie et d’élan vital, l’insomnie, l’irritabilité, l’intolérance à la frustration… Déceler un état dépressif est souvent difficile pour les proches. Certains adolescents, pour lutter contre la déprime,  ont tendance à rechercher les plaisirs immédiats et les sensations fortes. D’autres vont au contraire manifester une tendance à se replier sur eux-mêmes. Les plus fragiles peuvent se tourner vers des extrémismes politiques ou religieux, y cherchant des certitudes auxquelles se raccrocher

Les troubles du sommeil

A l’adolescence peuvent apparaître les premières insomnies et les perturbations du rythme veille – sommeil. Les réveils nocturnes, les cauchemars peuvent témoigner d’une conflictualité intérieure ou d’une anxiété accrue. Chez certains jeunes gens on observe une hypersomnie qui, avec une tendance à s’isoler, révèle leur difficulté à s’intégrer dans le groupe,  à se confronter aux exigences de la société et à faire face au monde des adultes.

La fatigue

La fatigue apparaît fréquemment à l’adolescence et peut entraîner une nervosité, des troubles de l’attention, de la mémoire et de la concentration. De longues périodes de fatigue peuvent compliquer les études, les relations avec les amis et les parents.

Les maux et les douleurs

Certains adolescents se plaignent des douleurs : migraines, nausées, douleurs abdominales, mal de dos, douleurs musculaires … Ces douleurs sont souvent attribuées au processus de croissance accélérée. Toutefois, si elles persistent ou s’aggravent, cela peut être lié à une maladie ou à un dysfonctionnement organique. Elles peuvent aussi être provoqués par les tensions nerveuses. Elles sont alors l’expression somatique d’une souffrance psychique. Dans les deux cas, il convient de consulter afin de préciser leur nature et trouver un traitement adapté.

Le mal-être

Certains adolescents éprouvent un sentiment de mal-être. Ils se sentent seuls et incompris. Parfois ils ont le sentiment de ne pas exister et d’impuissance face à l’avenir. Nombreux sont ceux qui éprouvent des difficultés à communiquer avec les autres. Ce mal-être nécessite une réelle attention des adultes. Les parents doivent adapter des attitudes et des actions qui permettront à l’adolescent de se projeter vers l’avenir.  Le discours des parents influence la vision que l’adolescent se fera du monde, des autres, du couple, du travail.

Les conduites à risque

La confrontation à l’autorité, la transgression de la loi, la recherche des sensations fortes, la prise de risques voire les conduites ordaliques, marquent  la recherche des limites typique à l’adolescence.  Elle est nécessaire car elle participe au processus de construction identitaire. Il faut pouvoir différencier ce qui est de l’ordre de l’expérimentation propre à l’adolescence de ce qui peut être le signe d’un malaise plus profond.  Certains adolescents recherchent les sensations fortes et prennent des risques pour tromper le sentiment d’ennui et la dépression.

Recours aux comportements addictifs

Dans certaines situations, la prise de drogues s’inscrit dans la transgression et la recherche des sensations. Mais les comportements addictifs ont parfois une valeur d’autothérapie. L’alcool, le cannabis apportent un soulagement temporaire de tensions et de souffrances. Pour les parents, il s’agit d’être vigilent et de savoir imposer des limites. Des limites bien établies sont pour l’adolescent un garant de stabilité et, même s’il se rebelle, ça le rassure.

La difficulté de vivre avec une maladie chronique

La maladie chronique complique les processus de maturation. La maladie est souvent déniée, refusée par l’adolescent. Elle suscite un sentiment d’injustice qui rend le dialogue difficile. Il est important d’aider l’adolescent à vivre avec sa maladie, à éviter les facteurs qui l’aggravent, à suivre un traitement.