Psychothérapie des addictions sans substances

 

  1. L’addiction sans substance, appelée aussi l’addiction comportementale c’est le fait de vouloir réduire ou cesser une conduite sans y parvenir. La volonté de réduire sa conduite sans y parvenir peut laisser place à une demande d’aide.  Mais cette demande d’aide n’émerge pas forcement chez les sujets en souffrance, même physiquement dépendants. De nombreux sujets addicts n’ont pas l’envie de remettre en question leur conduite addictive et malgré les difficultés qu’elle entraîne ils restent dans le déni. La psychothérapie des addictions sans substances essaye de faire naître le désir de changement, notamment avec la technique de l’entretien motivationnel.

Psychothérapie individuelle

Pour les addicts, entreprendre une psychothérapie n’est pas une démarche facile. L’addiction est une manifestation d’une souffrance psychique dont l’une des particularités est la difficulté à s’engager avec confiance dans des liens relationnels. La psychothérapie est un accompagnement au long cours du processus de changement. Quel que soit le type d’addiction, des psychothérapies psychodynamiques individuelles peuvent être proposées aux personnes qui présentent des capacités d’introspection suffisantes et dont les interactions relationnelles sont suffisamment sécures. Le cadre de ces psychothérapies consiste en entretiens face à face durant 45 minutes à une heure et de fréquence hebdomadaire. Pour pallier aux difficultés relationnelles si fréquentes chez les personnes addictées un aménagement du cadre thérapeutique basé sur les approches intégratives est proposé afin de faciliter l’expression rendre possible l’évocation de certaines problématiques, l’association libre et l’élaboration des conflits.

Psychothérapie groupale

Pour certains patients le contexte relationnel de la psychothérapie individuelle peut s’avérer trop inconfortable voire menaçant. Une orientation vers une psychothérapie institutionnelle ou groupale, plus adaptée, ou vers un soin complémentaire peut alors être proposée. Cet aménagement du cadre assure un portage à la personne addictée et à son thérapeute. Dans le cas des addictions, le changement peut connaitre des progressions rapides mais aussi lentes, ponctuées par des arrêts voire des régressions. Le thérapeute assure le soutien au changement et l’accompagnement du patient dans son parcours de vie.

addiction sans substances

addiction sans substances