Addiction à la cocaïne

L’addiction à la cocaïne fait partie des addictions qui s’installent très rapidement. L’effet de tolérance que la cocaïne provoque fait que les doses de cocaïne doivent être de plus en plus importantes pour atteindre le même effet.

L’administration de la cocaïne provoque une réaction d’euphorie très intense mais aussi très brève, suivie d’une “descente” brutale. La descente est une profonde dépression qui apparaît au moment où les effets du produit commencent à se dissiper.

Les effets psychotropes recherchés dans la cocaïne :

  • euphorie,
  • élation de l’humeur,
  • tachypsychie qui est une augmentation de l’activité psychique accompagnée d’une accélération de la pensée qui donne impression d’une grande efficience intellectuelle;
  • augmentation de l’énergie et de l’excitation sexuelle,
  • hypervigilence,
  • insomnie,
  • sentiment de puissance, augmentation de l’estime de soi, idées de grandeur.

Ces effets stimulants sont très appréciés par les consommateurs qui y ont recours pour lutter contre la fatigue, pour faire face à une surcharge de travail ou pour supporter le stress.

Sevrage de la cocaïne

L’arrêt de la consommation chez une personne ayant développé une dépendance provoque le syndrome de sevrage. Ce syndrome se manifeste par des symptômes inverses de ceux observés à la suite de la prise de cocaïne :

  • hypersomnie,
  • fatigue,
  • anhédonie,
  • manque d’énergie,
  • difficultés de concentration,
  • ralentissement psychomoteur,
  • irritabilité,
  • tristesse.

L’arrêt de la consommation peut provoquer aussi  un très fort craving.  Le craving c’est cette envie extrême de consommer et de ressentir les effets du produit. C’est une sensation très intense mais de courte durée.   Lorsque le produit est disponible voire offert, la tentation joue le rôle de déclencheur d’envie.

Cocaïne addiction Uma Thurman dan Pulp fiction

L’addiction à la cocaïne avec ses effets délétères et les dangers d’overdose illustrés dans le film Pulp Fiction de Quentin Tarantino.

Prise en charge de la dépendance à la cocaïne

Des centres spécialisés en addictologie proposent une prise en charge pluridisciplinaire, incluant les soins médicaux, addictologiques, psychologiques ainsi qu’une aide sociale. Vous pouvez vous y adresser pour une consultation, pour un soutien, pour une psychothérapie. Il est important d’être aidé lors du sevrage mais aussi dans la prévention de la rechute. Une prise en charge de l’entourage du consommateur peut aussi être proposée.

Addiction à la cocaïne -Denzel Washington joue un pilote de ligne polyaddicte

Addiction à la cocaïne – Denzel Washington joue un pilote de lignes polyaddicte dans “Flight“. Le film montre comment l’alcool et la cocaïne servent de béquille dans la gestion du stress et du mal-être.

Conséquences de l’addiction à la cocaïne

La consommation de la cocaïne peut entraîner une dépendance et des complications au niveau somatique, psychique, social et légal.

Au niveau somatique :

L’usage de la cocaïne peut conduire à des affections ORL et respiratoires, l’hypertension artérielle, des AVC, des troubles neurologiques, l’angine de poitrine et l’infarctus.

Le mélange de la cocaïne et d’alcool (cocaéthylène) est particulièrement dangereux car il provoque un effet toxique direct sur le myocarde et une augmentation de la pression artérielle.

Au niveau psychique l’usage régulier de la cocaïne entraîne :
  • Une perturbation de l’humeur, une grande instabilité et des sentiments dépressifs, une diminution de la libido;
  • Une perte de contrôle des émotions, une anxiété pouvant aller jusqu’aux attaques de panique voire les états délirants;
  • Des troubles cognitifs;
  • Pharmacopsychoses, paranoïa et aggravation de la schizophrénie préexistante.